Aptitudes, capacités, compétences de l’infirmière

samedi 9 novembre 2002, par Frédéric Rufin

Tout cadre, àun moment ou un autre de sa carrière, s’est un jour interrogé, sur ces mots, souvent mal employés.
Les questions sur ce sujet, sont également nombreuses sur le forum.
Alors voilàune vision des choses...

1/ DEFINITION DES CONCEPTS

Aptitudes

Selon Montésinos, dans « Surveillante une fonction à reconsidérer » 1992 p199 :
Ce sont nos capacités, nos ressources héréditaires.

Selon le Dictionnaire Robert :
Disposition naturelle… par extension… Compétence acquise et reconnue après une formation ( CAP : Certificat d’Aptitudes Professionnelles) aptitudes professionnelles.

Selon le Dictionnaire Larousse :
Disposition naturelle ou acquise à quelque chose…

Selon l’encyclopédie Universalis :
L’aptitude peut encore être définie selon 3 niveaux :
• Aptitude : caractère constitutionnel, inné, non modifiable
• Aptitude requise : définit la nature et le niveau de connaissances
• Aptitude : Capacité acquise (apte à un emploi)
On dit de quelqu’un qu’il est apte à faire une certaine tâche, à un certain emploi dans la mesure ou il paraîtra capable d’accomplir cette tâche, et d’occuper avec succès cet emploi. Evocation de la notion de pronostic.
L’aptitude utilise de façon implicite une définition de la réussite, du succès.

Synthèse :
Ce sont donc, des dispositions naturelles innées, mais avec une notion de marge d’acquisition en fonction du milieu, de la formation, de l’expérience personnelle ou professionnelle.

Capacités
(Du latin capacitas : qui peut contenir)

Selon le Dictionnaire Larousse :
Qualité de celui qui est apte à faire une chose et à la comprendre.

Selon le Dictionnaire Robert :
Qualité de celui qui est en état de comprendre, de faire quelque chose.

Pour Pierron, Psychologue, dans « Education scolaire et pratique »1988, p 132
La capacité est l’actualisation de l’aptitude (potentialité de performance), après apprentissage

Pour J.Cardinet, dans « Education scolaire et pratique »1988, p 133
Une capacité est une visée de formation générale, commune à plusieurs situations.

Synthèse :
La performance est la capacité à être autonome.
Dans ces définitions des capacités, intervient ici, la notion de compréhension.
Les capacités sont observables.
C’est ce qu’on observe en formation.

Compétences

Selon le Dictionnaire Larousse :
Ce que doit pouvoir faire l’individu…

Selon le Dictionnaire Robert :
Connaissance approfondie, habileté reconnue qui confère le droit de juger ou de décider en certaines matières.

Selon la revue Sciences Humaines, février-mars 1996 Eduquer et Former n°12 p57 :
Les compétences doivent porter sur un contenu précis.
Elles sont relatives à une situation donnée.
Elles résultent d’une interaction dynamique entre plusieurs types de savoirs ( connaissance et savoir-faire, fonctionnement cognitif et capacités conatives, c’est à dire s’évaluer, juger sa capacité à faire le travail).
On distingue entre les compétences clé transférables dans de nombreuses situations.
La notion de compétence regroupe 3 autres notions essentielles dans toute action et dans tout apprentissage :
• Le savoir
• Le savoir-faire
• Le savoir-être

Selon G.Meyer et M M Simonard dans L’évaluation en question :
Maîtriser une compétence, c’est manifester des savoirs identifiables par des critères et les mobiliser avec pertinence.
Maîtriser une compétence, c’est investir, c’est réorganiser des apprentissages antérieurs dans une situation nouvelle ; c’est effectuer des transferts.
Donc se représenter une compétence finale visée, c’est conscientiser des connaissances nécessaires (savoir que...) et des méthodologies de transfert (savoir comment...)."

Selon J.Cardinet, dans « Education scolaire et pratique »1988, p 133
Une compétence est une visée globale qui met en jeu plusieurs capacités dans une même situation.

La compétence professionnelle

Selon Y Cannac, dans La bataille de la compétence, Hommes et Techniques 1985 :
La compétence professionnelle se définit par rapport à l’action plus que par rapport à un corpus de connaissances stables et répertoriées. Elle est avant tout aptitude à mettre, en oeuvre des moyens en vue d’une fin. ...
La compétence est un savoir pertinent par rapport à l’objectif à atteindre. ...
Cet ensemble de savoir, savoir-faire, de savoir-vivre, qui constitue la compétence du professionnel, fait système. Et ce système, lorsqu’il est organisé solidement en vue d’une activité suffisamment définie, c’est un métier.

Selon la revue Sciences Humaines, février-mars 1996 Eduquer et Former n°12 p57 :
On admet qu’en éducation et formation les savoirs sont une part notable des compétences, alors qu’en entreprise, la question des savoir-faire se place au centre de la notion.
Celle de savoir être constitue certainement le concept le plus difficile à évaluer, le moins pris en compte dans les définitions de compétences.

Le Bilan de compétence

Revue Sciences Humaines, février-mars 1996 Eduquer et Former n°12 p57 :
La loi du 31-12-91 a institué le droit de tout salarié à un bilan de compétence lui permettant « d’analyser ses compétences professionnelles et personnelles ainsi que ses aptitudes et motivations afin de définir un projet professionnel et, le cas échéant, un projet de formation. »
Ce sont généralement les salariés qui sont à un tournant de leur existence qui en font la demande.
Un bilan de compétences se déroule en 3 temps :
1/ L’analyse de la demande, qui permet de préciser les souhaits du salarié.
2/ L’investigation personnalisée conduisant à la proposition de pistes professionnelles
3/ La définition d’une stratégie de changement et la mise au point d’objectifs à court, moyen et long terme.

Synthèse :
Pour nous, la compétence représente la mise en œuvre de savoirs, de savoir-faire, de savoir-être, de savoir-faire faire et de savoir-devenir pour la réalisation d’une tâche.
La compétence dépend en premier lieu des aptitudes et des capacités mais elle résulte surtout de l’expérience professionnelle.
Elle s’observe objectivement à partir du poste de travail.

En conclusion, on peut écrire la formule suivante :
Compétence = Connaissance + expérience + évaluation

PDF - 4.5 ko
Trajet de formation des ?tudiants en soins infirmiers

2/ LE TRAJET DE FORMATION DES ETUDIANTS EN SOINS INFIRMIERS
(voir schéma : explications et commentaires)

Le concours d’entrée à l’IFSI, permet d’évaluer « Les aptitudes des candidats à suivre la formation d’infirmière » (arrêté du 23 mars 1992 modifié relatif aux conditions d’admission dans les instituts de formation en soins infirmiers préparant au diplôme d’Etat d’infirmier.)
C’est à ce moment que le jury détermine les dispositions innées et/ou acquises de ceux-ci.

A l’issue du concours, le candidat devient étudiant, apprenant, et entre en formation.

L’objectif est de développer les capacités au cours du cursus de 3 ans.

On peut estimer que tout formé, tout élève, étudiant, construit des systèmes de représentations qui intègrent à la fois ses savoirs et ses conceptions antérieures, et une partie des informations qu’il capte, grâce aux séances de formation.
Apprendre, ne consiste pas seulement, à empiler des informations, mais à transformer ses « structures cognitives » pour passer d’une cohérence à une autre.
En fait, se former, c’est en grande partie, modifier ses représentations.

La formation en alternance permet d’acquérir des compétences, seulement si l’étudiant présentant les aptitudes requises (vérifiées au concours d’entrée), développe ses capacités au cours du cursus de formation.

Un travail sur l’alternance est par conséquent nécessaire pour modifier ses représentations :

- En cours : Expliquer les situations rencotrées en stage : Donner du sens.

- En stage : Utiliser et faire des liens avec la théorie apprise à l’IFSI.
pour permettre l’acquisition de compétences.

L’expérience permet de faire.
Les connaissances de comprendre.

La réflexion autorise la construction progressive de l’identité infirmière autour des valeurs.

Le projet professionnel concourt à l’enrichissement de ce patrimoine culturel.

L’infirmière nouvellement diplômée a pu acquérir un certain nombre de compétences et savoirs pour exercer sa profession.

L’expérience professionnelle, la formation continue et la confrontation aux différentes situations l’amèneront à la compétence professionnelle, voire à l’expertise.

La qualité des soins passe par les compétences professionnelles du soignant et ses capacités à les mobiliser.

Au cours de son exercice professionnel ou de son expérience personnelle, l’infirmière peut développer de nouvelles aptitudes…telles que celles à devenir cadre…

CONCLUSION

La clarification des différents concepts permet de mettre en lumière, non seulement leur progression mais aussi leur hiérarchisation dans le trajet de formation des étudiants en soins infirmiers.


BIBLIOGRAPHIE

Benner P, De Novice à Expert, Excellence en soins infirmiers, InterEditions, Paris, Mars 1995

Cannac Y, La bataille de la compétence, Hommes et techniques, Paris, 1985. 202p

Cardinet J, Evaluation scolaire et pratique, De Boeck Université Bruxelles, 1988. 250p

C Delorme.Meyer G et MM Simonard, L’évaluation en question, ESF, Paris, 1990.215p

Journées de perfectionnement Nov 85, Efficacité et Ethique dans le champ des soins infirmiers, CCPS, Paris, 1985.177p

Revues :

• ARSI septembre 1998 N°54 p87-114

• Education permanente :
o N°135 La compétence au travail
o N°140-141 La logique de la compétence
-  1ère partie
-  2ème partie

• Sciences Humaines Eduquer et Former, février mars 1996 N°12 p 56-57


Partager cet article

Réussissez votre concours cadre de sante !

Formation continue

Formations professionnelles en ligne pour les soignants : Alzheimer, transfusion, hygiène, douleur, calculs de doses...

Découvrir les formations

Vous recrutez ?

Publiez vos annonces, et consultez la cvthèque du site EMPLOI Soignant : des milliers de profils de soignants partout en France.

En savoir plus